08.09.2021

Ça change les idées, sans tout régler

Automédication et la réduction des risques

On en entend assez parler pour savoir que le cannabis n’est pas exclusivement utilisé à but récréatif. Avant sa grande légalisation en 2018, on lui reconnaissait déjà des usages thérapeutiques.

Plus la recherche avance, plus le champ d’action de cette plante semble s’élargir. L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) a d'ailleurs validé les effets thérapeutiques sur les épilepsies sévères et des études sont toujours en cours sur de nombreuses autres pathologies et soulagement de symptômes.

En suivant ce lien, tu as accès à toutes les études réalisées dans le monde sur le cannabis. Il te suffit de taper ton sujet dans la barre de recherche en haut à gauche: https://www.cannabis-med.org/?lng=fr.

L'AUTOMÉDICATION POUR SOULAGER TON ANXIÉTÉ

Si le soulagement de la douleur est l'une des principales raisons qui amènent un patient à consommer du cannabis, c'est plutôt le soulagement des troubles de l'humeur et de l’anxiété qui semble intéresser les jeunes.

Pourtant, l’utilisation du cannabis médical comme traitement de la santé mentale est particulièrement complexe, et les preuves cliniques sont encore limitées et parfois même contradictoires.

Le meilleur moyen de déterminer si le cannabis convient pour le traitement de tes symptômes c’est bien sûr d’en discuter avec un professionnel de la santé.

Ceux qui sont formés pour accompagner et prescrire du cannabis aux usagers le font de leur propre initiative. Ils ne sont pas là pour te juger ni pour te sanctionner, mais pour t’accompagner et t’éviter des risques inutiles.

Tu peux aller voir ton médecin de famille, sinon il existe des cliniques spécialisées au Québec, comme Santé Cannabis ou encore Nature Médic.

D’ACCORD, MAIS LE CANNABIS EST-CE QUE ÇA FONCTIONNE?

Les effets anxiolytiques du cannabis ont une bonne publicité, mais ils ne font pas encore l’unanimité. Comme mentionné un peu plus haut, les preuves cliniques sont encore très limitées et parfois même contradictoires, ce qui complique notre positionnement.

De nombreux rapports de cas ont fait état des bénéfices sur divers troubles comme l'anxiété sociale, l'anxiété généralisée, la dépression, l'insomnie, etc. Certains mettent en avant le caractère thérapeutique de produits concentrés en THC [1], d’autres au contraire, vantent les bénéfices du CBD [2].

Dans le doute, mieux vaut demander l’avis de ton médecin et commencer par un produit concentré en CBD pour t'éviter au maximum les effets psychoactifs et ainsi les risques.

Des études observationnelles de plus grande envergure se sont également penchées sur la question avec des résultats prometteurs. Néanmoins, l'expérience n'est pas que rose pour les consommateurs qui rapportent des effets secondaires négatifs liés à l'anxiété, comme l’irritabilité et la paranoïa, [3] des effets souvent associés au THC. Là encore, le CBD semble être une alternative plus sûre.

AUTOMÉDICATION, ATTENTION AUX RISQUES

EST-CE QUE MON AMI(E) A BESOIN D’AIDE ?


Même si toi ou ton ami(e) consommez du cannabis de manière consciente, vous n’êtes pas à l'abri de développer une consommation à risque sans un suivi médical.

Il existe des indicateurs pour savoir si nous sommes, ou non, sujets à une consommation problématique de cannabis:

  • Si tu commences à ne plus venir à l'école et tu perds l’envie de faire des activités, sociales, sportives ou professionnelles, c’est un signe que ta consommation commence à t’engourdir.
  • Si tu consommes des quantités de plus en plus importantes, de plus en plus souvent, ceci peut être un signe de tolérance. N'hésite pas à prendre rendez-vous avec ton médecin pour vérifier si ton dosage est le bon.
  • Si tu ne parviens plus à t’en passer, c'est que tu as développé une dépendance. Contrairement à certaines idées préconçues, la dépendance au cannabis existe. Même si le risque a été mesuré comme inférieur à celui d’autres substances comme le tabac, l’alcool ou les opioïdes.

GARE AUX INTOXICATIONS


Une consommation accidentelle ou la consommation d’une trop grande quantité de cannabis en une seule fois peut entraîner des effets indésirables temporaires. Ça ne causerait pas la mort, mais cette situation peut être très désagréable et possiblement dangereuse. Elle pourrait exiger des soins médicaux d’urgence et, dans certains cas, une hospitalisation. Les enfants et les animaux domestiques sont plus exposés au risque d’intoxication au cannabis.

Les symptômes peuvent être les suivants :

  • épisode psychotique;
  • douleurs thoraciques;
  • dépression respiratoire;
  • rythme cardiaque élevé;
  • nausées ou vomissements;
  • anxiété grave ou crise de panique.

Si tu as consommé du cannabis et que tu ressens des effets désagréables ou nocifs, rends-toi dans la pharmacie la plus proche ou téléphone au centre antipoison de ta région. Ils sont ouverts 24h/24h - +1 800-463-5060

L'AUTOMÉDICATION, MALGRÉ TOUT UNE SOLUTION CHOISIE PAR CERTAINS

Même si les professionnels de la santé déplorent l’automédication, surtout avec une composante aussi peu connue, plusieurs personnes ont recours au cannabis pour s’automédicamenter. Et c’est encore plus simple depuis la légalisation.

Nous avons réuni ici quelques indications pour comprendre et aborder le sujet de manière plus sécuritaire.

Ces indications ne se substituent en aucun cas à un avis médical.

DES DOSAGES INDIVIDUALISÉS

À l’heure actuelle, il est difficile, voire impossible pour un professionnel de santé, de préconiser un dosage exact par pathologie et par personne. Avec le cannabis, on doit trouver le juste dosage, adapté aux besoins de chacun.

Il est conseillé de commencer par du cannabidiol (CBD), avant d’inclure petit à petit et au besoin seulement le tétrahydrocannabinol (THC). En effet, on va préférer des plantes ou des huiles non psychoactives pour analyser les premiers effets secondaires avant d'aller plus loin. De plus, la petite quantité de THC contenue dans les souches à prédominance de CBD pourrait suffire à certains patients.

Plus de détails dans la première partie de l’article « Réglementation sur le cannabis »

ENTRE SOIR ET MATIN, QUEL EST LE MEILLEUR MOMENT?

Pourquoi faire la distinction entre journée et soirée?

Le jour, on va préférer des produits concentrés en CBD plutôt qu'en THC, et ce pour plusieurs raisons: la sécurité au travail, la conduite d’un véhicule, les facultés cognitives, etc.

En revanche, le soir il n'existe pas de consensus. On peut considérer des produits qui contiennent à la fois du THC et du CBD.

Pour information, des études rapportent que le CBD peut gêner certaines personnes au moment du coucher. Si tu prends des produits chargés en CBD le soir, il est préférable de les prendre au moins 2 heures avant d'aller au lit.

J'ENVISAGE DE RAJOUTER DU THC


La dose initiale de THC doit tenir compte du sexe, de l’âge et des comorbidités de la personne. De nombreux patients commencent à ressentir les effets psychoactifs à partir de 2.5 mg, certains indiquent même ressentir ces effets à partir de 1 mg.

Pour être serein, il est préférable de commencer par une toute petite quantité et d'augmenter graduellement tant que les effets désirés et positifs se font ressentir.

Voir article « Petit à petit ta limite s’établit »

Néanmoins, attention à l’effet biphasique des cannabinoïdes. En effet, avec le cannabis, «moins» peut aussi dire «mieux». Il ne faut donc pas hésiter à revenir à un dosage plus faible si avec ton médecin tu te rends compte qu’il n’y a plus d’amélioration ou que ton état régresse.

JE PRENDS DÉJÀ DES MÉDICAMENTS


Dans ce cas, gare aux interactions.

Une prise simultanée peut inhiber le métabolisme hépatique des produits pharmaceutiques.

Par exemple, si l'on prend des doses élevées de CBD, ça peut neutraliser temporairement l'activité des enzymes présentes dans notre foie et ainsi modifier la façon dont les médicaments agissent sur notre métabolisme. On peut se retrouver avec des effets secondaires indésirables de nos médicaments décuplés.

Ce phénomène est encore peu étudié, mais il doit être pris en compte. La recherche conseille d'espacer les prises d’au moins 2 heures.

Voici quelques médicaments dont nous savons qu’ils sont sensibles aux interactions avec le cannabis :

  • Inhibiteur d’acide comme le Pantoprazole ou l'Oméprazole
  • Les antiépileptiques
  • Neuroleptique Risperidone (Risperdal)
  • Médicaments utilisés dans les traitements hormonaux

Même si le cannabis est considéré comme une option valable pour traiter l’anxiété, c’est un outil parmi d’autres. La psychothérapie et les changements de style de vie peuvent également t’aider à mieux gérer ce qui t’arrive. Ça peut être une meilleure hygiène du sommeil, de l’exercice, de nouveaux régimes alimentaires ou la méditation et la détente.

En bref:

  1. Le meilleur moyen de déterminer si le cannabis convient pour le traitement de tes symptômes c’est d’en discuter avec un professionnel de la santé;
  2. Gère bien tes quantités. Avec le cannabis, «moins» peut aussi dire «mieux»;
  3. Commence par essayer avec du CBD;
  4. Espace les prises avec tes médicaments pour ne pas risquer des interactions;
  5. Opte pour un suivi médical pour t’assurer que tu optimises au mieux ta prise de cannabinoïdes;
  6. Même si tu veux faire ça bien, rappelle toi que personne n'est à l’abri de développer une consommation à risque.

Sources :

Plan du site

Conditions d'utilisation

Réalisé par