AccueilActualitésSAINTE-ANNE-DES-PLAINES LÈVE LE DRAPEAU LGBTQ2+ POUR CÉLÉBRER LA DIVERSITÉ

SAINTE-ANNE-DES-PLAINES LÈVE LE DRAPEAU LGBTQ2+ POUR CÉLÉBRER LA DIVERSITÉ

Le premier février dernier, se tenait à la Maison de l’emploi et du développement humain de Sainte-Thérèse, le tout premier forum LGBTQ2+ des Laurentides, organisé par Ramez Ayoub, député de Thérèse-De Blainville et Randy Boissonnault, député d’Edmonton-Centre et conseiller spécial pour le premier ministre aux affaires LGTBQ2+. Monsieur Guy Charbonneau, maire de Sainte-Anne-des-Plaines, y tenait le rôle de préfet suppléant de la MRC Thérèse-De Blainville. Ce forum a été l’occasion de sensibiliser à la réalité de la communauté LGBTQ2+ et d’inviter à la tolérance face à toutes formes de différences.

La première levée du drapeau arc-en-ciel en sol anneplainois

À l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines a relayé ce message de tolérance et d’inclusion au sein de sa population pour reconnaitre les membres de la communauté LGBTQ2+ qui en font partie. Les citoyens étaient cordialement invités à assister à la toute première levée du drapeau arc-en-ciel à Sainte-Anne-des-Plaines et à prendre un vin d’honneur. Le drapeau flottera d’ailleurs au-dessus de la place du bicentenaire, devant l’hôtel de ville, pendant sept jours.

Une différence qui peut porter son lot de souffrances

Si des pas de géants dans l’acceptabilité de la communauté LGBT ont été franchis dans les dernières décennies, c’est un travail de revendication de longue haleine qui a été entrepris par les générations passées et qui n’est pas terminé, même en 2019. Cette année, la campagne de sensibilisation de la Fondation Émergence, qui agit « pour l’émergence d’un monde inclusif à la diversité sexuelle et de genres », a pour thème la lutte contre la cyberintimidation. Les époques changent et malheureusement, les moyens de discrimination se diversifient.

« Différentes études évaluent le risque suicidaire chez les minorités sexuelles et de genre. Environ 41% des personnes trans ont pensé sérieusement au suicide et/ou ont fait une tentative de suicide. Rappelez-vous qu’une personne qui vit son attirance, qui exprime son identité de genre est une personne qui a choisi la vie. Plusieurs personnes sont mortes lors du processus de questionnement. Le mouvement de la fierté gai, bi et trans est un mouvement qui célèbre la vie » affirme Nicolas Courcy, homosexuel, intervenant LGBT+ au Centre Sida Amitié avec l’aide des jeunes du groupe Allo de Sainte-Adèle.

Le droit fondamental d’aimer et d’être aimé

En présence de Mesdames Marie-Noëlle Labaz, attachée politique de la députée Lucie Lecours et Joannie Lemay, attachée politique du député Simon Marcil et de plusieurs citoyens (dont un tout-petit de deux ans), Madame Julie Boivin, mairesse suppléante, a livré un discours émouvant pour saluer le courage de la communauté LGBTQ2+. « C’est un droit fondamental que d’avoir droit au bonheur et à l’amour. Personne ne devrait avoir à se battre pour aimer, et ce peu importe le genre de la personne aimée. C’est pour cela que la Ville lève le drapeau de la communauté fièrement devant l’Hôtel de ville. Parce que tout le monde a le droit à la sécurité, à vivre une vie sans jugement, à être, et surtout à aimer », a-t-elle souligné.

En cette journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, le conseil municipal de la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines réitère tout son appui à la communauté LGBTQ2+ et invite les Anneplainoises et Anneplainois à faire rayonner son message de tolérance et d’inclusion dans leurs réseaux.

Plan du site

Conditions d'utilisation

Réalisé par